IV - De l'autre côté de l'Atlantique
 
 

1887

Paul Héroult décide de prendre le chemin de l'Amérique pour y déposer son brevet. Une surprise de taille l'attend. Un certain Charles Martin Hall, déclare avoir découvert le même procédé de fabrication électrolytique de l'aluminium et a déposé son propre brevet le 9 juillet 1886.

Leur destinée est jalonnée de plusieurs coïncidences :

Ils ont aussi en commun leur méthode de travail artisanale dans des conditions rudimentaires, alors que d'autres chercheurs disposant d'un laboratoire bien équipé ont tous connu l'échec.

Cette concurrence inattendue se solde par un procès, dans lequel Paul Héroult se réclame de l'antériorité de sa découverte. Ce sera sans succès, car il ne pourra montrer aucun document probant, et la loi américaine n'admet pas les témoignages uniquement verbaux.

Cependant, quelques différences séparent les deux procédés :

L'encyclopédie américaine COLLIER'S de 1970 indique que le procédé Héroult était plus efficace.

Charles Martin Hall fut intéressé par la chimie dès son enfance. Il entra à l'Oberlin College (Ohio), à l'âge de 16 ans. Bien que ne suivant pas encore les cours de chimie, il passait régulièrement voir le laboratoire pour acheter des fournitures pour son propre labo. Le professeur de chimie, Frank Fanning Jewett, remarqua son intérêt, le prit en considération et fit avec lui des expériences sur l'aluminium.

Une fois son diplôme reçu, Hall installa son laboratoire dans un abri en bois ("woodshed"), derrière la maison familiale. Le 23 février 1883, il obtint des extraits d'aluminium qu'il s'empressa d'apporter à son professeur.

Après avoir eu des débuts difficiles pour commercialiser son procédé, il finit par connaître le succès pour arriver à la fondation de l' Aluminium Company of America, en 1907, plus connue sous le nom d' ALCOA, qui existe encore de nos jours.

L'OBERLIN COLLEGE a édité une plaquette, le 17 septembre 1997, pour commémorer l'œuvre de Hall et le site de son invention, le fameux "woodshed".

Les deux inventeurs se lieront d'amitié par la suite, après avoir été ennemis  pour défendre leurs brevets respectifs. Le procédé s'appelle maintenant Hall-Héroult.

1890

Peu de temps après l'ouverture de l'usine de Froges, Paul Héroult est appelé aux Etats-Unis. Il s'y rend en compagnie de Louis Merle. Ils emportent avec eux un four électrique et une dynamo construite en Suisse, qui sera refusée par la douane américaine. Les Américains en ont fait installer une par Edison dans une vieille fonderie de Bridgeport (Connecticut). Mais elle s'avère trop délicate pour supporter les à-coups violents du courant et brûle au 1er court-circuit. Dans l'impossibilité de démontrer le procédé, les deux voyageurs se voient contraints de rentrer en France.

1912

Paul Héroult reviendra aux Etats-Unis  en 1912 pour construire une usine d'aluminium en Caroline du Nord pour le compte d'une nouvelle organisation, L'Aluminium Français. Il se retrouve alors dans une jungle sauvage pleine de moustiques et de serpents, au pied des chutes de la Yadkin River. Sa santé sera affectée par la chaleur tropicale et il se verra contraint de retourner dans son pays en 1913.

La suite de notre histoire nous ramène en France.

 

SOMMAIRE